The Underargument et le concept d’anti-casting

29 décembre 2022

Une maison de lingerie met en avant les histoires des femmes avec son concept pionnier anti-casting.

“Nous sommes pour la diversité mais nous ne voulons pas tomber dans le “typecast”. Jamais”, raconte Maïna Cissé, fondatrice et créatrice de The Underargument. La marque de lingerie a établi un nouveau programme pour la profession, en mettant les histoires des femmes au centre de son projet plutôt que de se concentrer en priorité sur leur apparence physique.

“J’étais très frustrée par la manière dont nous dépeignions les femmes et dont nous créions des stéréotypes de femmes ordinaires et de femmes issues de la diversité”, explique Maïna Cissé au Salon de la Lingerie.

Prenant position contre le tokénisme, son projet pionnier anti-casting permet aux femmes de partager leurs expériences personnelles dans une lettre anonyme. Les femmes qui se cachent derrière ces histoires sont ensuite invitées à poser pour la collection de lingerie qui leur correspond le mieux, ce qui permet de contourner les stéréotypes.

“Nous parlons beaucoup de la positivité corporelle et de l’acceptation de soi, principalement vis-à-vis de l’extérieur. Mais grâce au processus d’anti-casting, on raconte d’abord son histoire”, ajoute Maïna Cissé.

Chaque collection de lingerie est belle et sexy à sa manière, conçue et inspirée par des concepts tels que le “rêve”, le “chagrin d’amour”, l'”appartenance” et le “jeu”.

“L’ensemble du processus est magique. Vous vous appropriez non seulement votre corps, mais aussi votre histoire et vous avez l’occasion de la partager avec quelques femmes le jour de la séance photos, décrit Maïna Cissé. Il y a une étrange alchimie qui se produit. Ce ne sont pas des mannequins, mais il y a quelque chose de beau qui ressort de chaque cliché, car chaque femme a été mise à l’aise de l’intérieur.”