Le SIL, vitrine de la lingerie allemande

19 juillet 2022

L’édition 2022 du Salon International de la Lingerie SIL et Interfilières à Paris a marqué le coup d’envoi de la présence des entreprises du secteur de la maille. Pour la 1ère fois en effet, la Confédération de l’Industrie de la Maille a tenu salon, une présence qui aura généré beaucoup d’intérêts de la part des visiteurs, raconte Marie-Louise Chagnaud, coordinatrice pour les projets internationaux et les activités foires.

La Confédération de l’industrie de la Maille représente les intérêts des fabricants allemands de vêtements en maille, de lingerie et de tissus en maille au niveau national et international. Et pour la première fois, la confédération avait son propre pavillon sur le SIL et Interfilières. “Notre confédération compte 250 membres qui emploie quelques 20 000 personnes et dégage un chiffre d’affaires de 4,5 milliards d’euros. Il était normal que nous soyons présents sur le SIL, l’un des plus importants d’Europe,” explique Marie-Louise Chagnaud, coordinatrice pour les projets internationaux et les activités foires.

L’initiative était soutenue également par le Ministère Fédéral de l’Economie et de la Protection du Climat ainsi que la Fédération Allemande des Salons et Foires. La Confédération de l’industrie allemande du textile et de la mode a également soutenu la présence au SIL et Interfilière.

“Notre présence est d’autant plus importante cette année car elle permet de redonner de l’élan à un secteur qui a connu des temps difficiles depuis 2019,” ajoute-t-elle.

La Confédération veut donc mettre en valeur un secteur déjà connu. ” Notre filière est non seulement réputée pour la lingerie de loisirs mais aussi pour celles liées aux activités sportives et également dans le domaine médical. Au total, nous avons accueilli sur nos stands 7 entreprises sur Interfilière et 8 entreprises sur le SIL. Lorsque la confédération a annoncé participer au SIL/Interfilière, l’intérêt de nos membres était très important, notamment les jeunes entreprises”, précise Marie-Louise Chagnaud.

La PME berlinoise Fishbelly était présente sur le stand Allemagne (Photo: LC/Cleverdis)

Pourquoi une présence double sur le SIL/Interfilière? “On a jugé que c’était nécessaire d’avoir un flux entre les deux salons. Nos créateurs pouvaient ainsi voir les dernières tendances accessoires et matières, comme les dentelles, les tissus ou encore les élastiques”, ajoute Marie-Louise Chagnaud.

Sur quoi se base l’attrait des entreprises allemandes du secteur de la maille? “Il y a toujours cette perception clé que l’entreprise allemande est un gage de fiabilité et d’innovation. S’ajoute désormais une notion de bien-être, qui s’est renforcée depuis la crise du Covid”, souligne la coordinatrice.